Au milieu de tout ça

Il y a longtemps que je ne suis pas passée ici. Pas par désamour de ce lieu, ni de l’écriture, mais surtout parce que je n’ai pas le temps. Je travaille beaucoup sur Aelmat, il y a toujours les enfants à s’occuper, la maison à diriger.

Et par dessus tout ça, on rajoute un confinement avec 4 enfants et l’angoisse de chopper ce satané virus qui peut envoyer n’importe qui sous respirateur. Bref, c’est quand même pas la panacée !

Dans cette tourmente, je tiens vraiment à remercier tous ceux qui prennent des risques pour sauver des vies, tous ceux qui font en sorte que nous, malades chroniques puissions avoir accès à nos soins et nos traitement. Je salue le courage de tous ceux qui se tiennent debout face aux malades, qui s’exposent au virus, pour que nous tous, malades ou pas, restions en vie et soyons soignés quand on en a besoin. Vraiment, si j’avais pu, je serais venus avec des chocolats aujourd’hui, à l’hôpital, pour les aider à tenir le coup avec leurs effectifs réduits et l’angoisse !

Bref, je m’égare peut-être un peu, mais ça me semblait important de montrer ma reconnaissance !

Comme je viens de l’évoquer, ce matin, j’étais à l’hôpital. J’avais peur que mon scanner soit annulé, mais ça m’embêtait d’avance, puisque c’est le scanner qui décide de la continuité de mes traitements, pour voir l’évolution de la maladie. Finalement, le secrétariat m’a appelé il y a quelques jours pour me dire que mon scanner et mes injections étaient maintenus, seule la consultation se ferait par téléphone, pour plus de sécurité.

Ce matin, j’ai donc pris mon taxi, en faisant attention à tout ce qu’on nous dit de faire attention. Les distances de sécurité, les postillons, les mains, ne pas se gratter le visage, etc. J’ai fait le tour de l’hôpital, 2 fois, puisque j’ai été envoyée de ci de là pour pas grand chose. Mais bon, je sais bien que je ne suis pas la seule patiente et au vu de la situation, on s’étonnera pas que ça soit un peu le boxon. Sachant que l’administratif est déjà pas simple quand l’hôpital va bien…

Bref, je finis par passer mon scanner, mi-confiante, mi-inquiète.

Cette image a été dessinée pour un “drawityourself lancé par Héloïse Weiner sur isntagram “@byheloise” foncez voir son travail si vous ne connaissez pas!) Et finalement, malgré sa couleur de peau et ses cheveux verts, cette elfe parle aussi beaucoup de moi !

Mon intuition est bonne depuis des semaines. Je sens que rien ne s’aggrave, voire même, ça allait encore mieux (malgré la fatigue et le moral en dent de scie ces derniers temps, mais que je savais totalement que c’était pas sur le même plan.). J’avais peur de faire peur à mon intuition, je préfère me protéger, comme d’habitude. On ne sait jamais. Mais d’un autre côté, je ne me suis JAMAIS (jamais jamais hein) trompée sur mon état. Alors que croire ? Mon intuition (ou même oserai-je “regard intérieur”) me dit que tous les voyants sont au vert… et ma raison que quand même c’est pas parfait non plus, on s ’emballe pas.

Et ça, c’est les symptômes (et j’en ai oublié!) qui font que ma raison ne s’emballait pas trop! (Merci Heloïse!)

Ne sachant qui croire, j’ai décidé d’attendre les résultats de mon scanner. Je suis repartie de l’hôpital avec mes clichés sous le bras, faute de mains, pleine de gel hydro-alcoolique, dans mon taxi masqué.

Je suis rentrée manger un bout (puisque à midi pile, j’entrait dans la machine, merci la pendule face au patient!) et donner le Graal (aka pâte à modeler) aux enfants qui n’attendaient que ça.

Et je surveillais mon téléphone, qui afficherait modestement “CHU”, lorsque mon oncologue appellerait. J’ai monté la sonnerie pour ne pas le louper et tout. Et finalement, heureusement que j’avais les yeux dessus lorsque le numéro s’est affiché, puisque, comme d’habitude, mon téléphone n’a pas sonné.

L’appel a duré… 2min. Si ce n’est moins. Ça doit te donner une petite idée des nouvelles qui ont été dites !

C’est mon meilleur scanner depuis que je suis malade. Les masses ont si bien diminuées qu’on ne les voit presque plus. Autant te dire que malgré le climat d’angoisse actuelle, bah je vais particulièrement bien ! Le soleil qui brille dehors réchauffe enfin mon petit coeur gelé d’inquiétude. Alors oui, je reste un sujet à risque pour ce fichu virus. Mais je reste chez moi, je prends les précautions.

Mais tu te rends compte ?! Je mets une pâtée à ce cancer pas fréquent qui m’a accroché une épée de Damoclès que je pensais voir tomber peu de temps après le diagnostic (ouais, “le joli est là” n’est arrivé que plus tard, en effet!). Aujourd’hui, j’ai le poumon léger de savoir que la maladie perd du terrain face à la science. Que mon corps réagit à ce que mes médecins font pour moi. Que mon corps réagit bien à ce produit qui coule dans nos veines toutes les 3 semaines (délais évidemment passé à 6 semaines pour les prochaines cures, tant que ce virus se promènera, histoire que je passe moins de temps à l’hôpital!). Je suis heureuse de me dire qu’on va enfin l’endormir (j’espère!) et qu’il dormira loooogtemps. C’est ce que je souhaite le plus au monde (du moins raisonnablement. Parce que mon rêve de rêve, c’est quand même la guérison pure et simple. Pas une rémission, pas une grosse sieste. Non, une guérison quoi). Je ne suis pas vraiment raisonnable… mais ça me donne encore plus d’espoir d’avoir un miracle. D’être un miracle finalement.

Et de bouter ce carcinome indifférencié (d’origine pulmonaire) hors de moi !

Je te souhaite une aussi bonne journée que la mienne, sous le soleil et malgré le confinement. Je t’embrasse.

8 thoughts on “Au milieu de tout ça”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s