L’inquiétude est une petite souris qui me grignote avidemment

C’est compliqué en ce moment, de savoir où je me situe.

Parce que je suis une fille pleine d’espoir d’ordinaire. Et en ce moment, je me sens grignoté par l’inquiétude. Est-ce parce que le temps passe et que je suis toujours malade, et que c’est un poil redondant maintenant ? Ou est-ce parce que je sens qu’il se passe des choses que j’aimerais bien ne pas sentir ? En vrai… Oui, j’en ai marre. Ça n’a jamais été marrant d’être malade. Et ça dure. Et j’aime pas ça. Me sentir diminuée. Affaiblie. D’avoir mal même quand je dors. Mais je pense pas que ça soit lié. Je crois pas en tout cas. Parce que je suis quelqu’un de positif, j’essaie toujours de trouver une raison à tout (bon, ça devient dur de voir le bon côté là, en ce moment. Avec toute la douleur qui pétrit mon corps….)

Et puis c’est vrai, en ce moment, j’ai l’impression d’être un poil plus malade que les mois précédents. Je dis lister, histoire d’être sûre de garder mon objectivité et de pas me perdre dans les méandres des phrases à rallonge (et larmoyante) dont j’ai le secret !

  • Ma fièvre revient. Pas une grosse fièvre. Entre 38 et 38,9. Comme l’an dernier (des fois ça montait plus mais c’était rare)(et c’est déjà chiant. Sisi)
  • La perte d’appétit qui revient, accompagnée de nausées et de maux d’estomac
  • Fatigue +++++ à vraiment m’empêcher de faire des choses alors que j’allais mieux. Il ne fait plus chaud, mais je suis toujours molle
  • La toux. Qui a commencé comme la première fois : un rhume qui traîne… Et une toux qui persiste alors que tout le reste va mieux. (d’ailleurs personne ne m’écoutait pour ma toux l’an dernier. Il s’avère que c’est un des symptômes du cancer du poumon. Déjà que ça m’agacait quand on me disait que c’était pas important et que c’était pas lié, quand j’ai su ça, ça m’a soulée un peu !)
  • Les douleurs aux dos qui me clouent au lit. Encore.
  • Mes ganglions du cou qui me font tellement tellement mal H24 (sa’s compter le trou qui est là depuis le 4 juin et toutes les douleurs qu’ils occasionné :migraines, douleurs au bras, aux cervicales etc)
  • Quelques fourmillements dans les mains et des douleurs affreuse dans le quart supérieur droit de la poitrine
  • Une soif monumentale qui me quitte pas
  • Et je transpire comme un bœuf su je reste assise ou pire ! Debout, un poil trop longtemps.

Bref, c’est chiant dit comme ça hein ? Même si pris un par un ça semble pas grave, moi, je sais que le prochain scanner ne sera pas d’aussi bon augure que les précédents. J’ai même peur d’un retour en arrière (l’embolie en moins) comme en novembre dernier. Je me sens malade. Et ça faisait longtmeps que ça m’était pas arrivée. Et j’ai tellement peur, tu peux pas imaginer.

Je voudrais être forte, et dormir au lieu d’écrire ce billet alarmiste et paniqué. Mais le fait est que j’ai juste besoin de mettre des mots sur mes maux ce soir. Parce que j’ai peur. Parce que j’ai mal (imagine que tu ne puisses pas te déshabiller seule parce que lever les bras c’est trop dur et ça fait trop mal ? Bah je suis de retour à cette case pourtant quittée en avril…), parce que je suis humaine et que j’ai peur.

J’ai encore parfois le sursaut de demander “pourquoi moi ?!” alors que je connais la réponse. (les meilleurs jours, dans ma tête, j’entends Dewey qui dit “toi tu vis, toi tu vis, toi tu meurs. Toi tu vis…. Etc” et mon humour noir et moi, on se marre bien !). Je connais la réponse (qui n’est pas celle citée précédemment !) et ça ne m’empêche pas de trouver tout ça totalement injuste. Pour moi, pour mes proches, pour mon amoureux et pour nos enfants. C’est pas cette vie là que je voyais pour eux. Pour nous. J’avais vu du bonheur (bon, on en a de ça !), des jeux, des rires, des promenades et un quotidien plus simple une fois qu’aurore serait plus un nourrisson. Mais c’est toujours aussi difficile. Y a toujours aussi peu de balades. Toujours aussi peu d’énergie venant de moi. Et j’ai peur de quelque part être en train de pourrir leur enfance. Parce qu’ils méritent tellement, tellement plus ! Alors oui, je suis là, et c’est bien le principal, blabla. Je sais. Je sais qu’on a la chance d’être ensemble et tout. Mais avoue, c’est compliqué quand le seul petit plan à moyen terme que t’as jamais fait s’effondre tel un château de carte (dans un ouragan, présentement)! Je n’avais pas prévu mon mariage ou le prénom de mes enfznts quand j’étais petite. J’ai découvert tout récemment ce que je voulais faire quand je serais plus grande. Enceinte de petit astre, j’avais enfin commencé à faire des projets. Et booum ! Ça m’a pété au nez. C’est difficile de vivre ça. L’allaitement, le maternage, la petite enfance, l’enfance… Et tour le reste que cette maladie me gâche. Je ne suis pas en colère, et je peux pas dire que je lui en veux. Je suis juste…. Triste je crois. De voir tout ça partir en fumée. Et de devoir bricoler avec les cendres pour que le joli soit là quand même.

Mon mariage est dans (peu ou prou) 1mois. J’ai mon scanner le 2 octobre, mon traitement le 10. Je suis terrorisée à l’idée d’avoir une mauvaise nouvelle avant. Ou un changement de traitement (que je souhaite pour ainsi dire jamais, sauf si c’est pour me dire que je suis guérie et que j’en ai donc plus besoin).

J’ai vraiment peur. Que ça ait évolué. Que ça gâche mon mariage. (et de me marier aussi. Mais c’est parce qu’on sera le centre de l’attention et que c’est la première fois que j’organise un truc aussi gros et je déteste organiser des trucs. Genre j’étais trop fière d’avoir organisé le dernier triple anniversaire…. Et c’était pas grand chose…).

Bref, voir octobre arriver est tres difficile pour moi cette année… Alors que c’est mon mois préféré ><

Je t’embrasse, passe une bonne nuit !

3 thoughts on “L’inquiétude est une petite souris qui me grignote avidemment”

  1. Pas grand chose d’autre à te dire que CÂLIN ! C’est tellement dur ce que tu vis… Je te l’ai déjà dis mais j’admire ta force, même si tu dis que t’as pas le choix blabla… Tu ES FORTE !

    Et pour le mariage, tu va stresser jusqu’à ce que tu sois assise entouré de tes proches. Après tu n’aura plus qu’à te laisser porter par l’amour !

    Like

  2. Ne penses jamais plus que tu gâches leur enfance.
    Moi je vois juste une maman qui se bat et qui aime ses enfants plus que tout.
    Ta situation actuelle tu ne l as pas choisie en état de cause.
    Tu la traverses toi aussi et à leurs côtés et du mieux que tu peux.
    Personnellement je vois que tu fais tout au maximum pour sourire de tout, pour leur faire plaisir et garder ton rôle tel que tu le conçois.
    Tu as raison de nous exprimer que tu as peur, de nous parler de tes craintes, exprimer ce type d émotions permet sûrement de les traverser et j espère que grâce à chacun de nous de nos mots tu réussiras à avoir des vibrations qui t’aideront à dépasser ce cyclone.

    Like

  3. Tu es tellement courageuse Maeva. Et tu as tellement le droit d’etre triste, d’etre inquiète. Et puis cette incertitude dans laquelle tu te trouves actuellement est vraiment difficile. Bref pleins de bises.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s