Je n’aurais plus d’enfant

Il y un peu plus d’un an, j’ai donné naissance à mon dernier bébé. J’ai fermé ce livre de ma vie, peut-être bien le plus important, même, de façon magistrale.

Quand je suis tombée enceinte, en septembre 2017, j’ai su immédiatement que c’était la dernière fois, quoiqu’il arrive. J’ai eu la plus merveilleuse des petites filles. Elle est douce, drôle, déterminée et surtout, elle a la décence de garder une tête de bébé, pas comme ses sœurs, histoire que je ne pleure pas trop sa toute petite enfance filée trop vite. Enfin, soyons lucide, chaque jour je pleure qu’elle court droit vers la petite fille qu’elle sera, mais passons ! J’ai su que c’était la bonne décision lorsque je l’ai eue dans mes bras. Quel merveilleux sentiment que de me sentir complète ! De me dire que je n’aurais pas ce trou dans le ventre dans quelques mois !

Et puis le diagnostic, qui fermait totalement la porte. Je l’avais laissée ouverte, quand même, parce que je sais ce que ça fait de pleurer en découvrant son test positif (et la culpabilité, lors de la fausse couche juste avant la première écho…). Alors je ne voulais pas que ça arrive. J’avais décidé de ne pas prendre le risque de tomber enceinte, mais d’accueillir tout petit être s’installant en moi, avec joie.

Et le diagnostic a tout balayé. Et je pensais que ça irait. Que mon ventre s’était tu. Que ma matrice avait assez travaillé et que ça me suffisait, surtout en voyant comment ces quatre là s’arrangent pour me rendre folle. Et je revois toutes mes photos avec les filles nouveau né. Et les accouchements dans mon fil d’actu, que ça soit des comptes photo pro pour la normalisation de l’accouchement physiologique ou les bébés des copines, leurs ventres ronds, leurs comptes à rebours. Et je me rappelle que mon corps était fait pour la grossesse, j’aurais presque envie de dire EST fait pour la grossesse. Ça me rappelle l’odeur de ces nouveaux nés, la sensation de leurs petits corps sur le mien. Leur petite bouche tétant mon sein nourricier.

Et pourtant, j’ai la chance incroyable d’avoir donné la vie 4 fois…

Bref, je me sens spoliée de ça, quelque part. Alors que j’avais dit “c’est fini”. Que je sens que c’est le cas, même sans Cerbère. Je sais que ma voie est d’aider les mamans à donner naissance et les bébés à naître. Mais avant d’y arriver (donc pas avant l’école pour Petit Astre, le temps de pouvoir exercer (et avoir mon permis aussi)), je dois attendre. Avec ce corps qui réclame une petite vie dans ses bras, dans ses entrailles, qui réclame de sentir ces petits cheveux embaumant me chaud du ventre. Qui réclame son dernier bébé volé. Qui réclame de nourrir, de couver, d’admirer.

J’avais fait mon deuil, avant. Mais il m’a été arraché, j’ai pas pu le faire sereinement parce qu’à peine pensé, on m’a arraché 1m de terre sous le pieds, avec l’herbe qu’il y avait par dessus. Et comme prévu, je me suis magistralement cassé la gueule. Petit Astre grandit. Elle a eu 13 mois ce mois-ci et je me surprends à envier ces femmes qui portent la vie, qui bercent leurs tous petits, qui les nourrissent, qui les sentent.

J’aime mes enfants du plus profond de mon coeur. Alors pourquoi cette injustice ? Pourquoi me fermer cette porte, que je n’aurais peut être jamais utilisée pour donner la vie à nouveau ? Je sais que mon coeur pleure simplement de ne plus avoir cette option, parce qu’elle a fait partie de ma vie si longtemps… C’est dur de reposer un livre dans l’étagère sans savoir s’il aurait continué, s’il ne manque pas un chapitre, parce que le Chien l’a détruit.

Où que je me tourne, finalement, je vois l’injustice profonde que la vie m’a faite. Tout ce que Cerbère a rogné. Et avec ses 3 têtes, il a été vite, je te jure. En un seul mouvement, il a tout ravagé.

Mais malgré tout, je ne sais pas si j’ai déjà aussi heureuse. Parce que j’ai des amis qui m’aiment, mes quatre enfants que j’ai rêvé toute ma vie. Je vais me marier avec l’homme que j’aime. J’ai des projets plein la tête, et mon ciel est plus bleu qui ne l’a jamais été.

Mais je ne peux m’empêcher de me demander :

” Et si Cerbère m’avait laissé tranquille, aurais-je eu un autre enfant ? Que ferais-je aujourd’hui ? Allaiterais-je encore ma merveilleuse Petit Astre ?”

Bonne journée, je t’embrasse

4 thoughts on “Je n’aurais plus d’enfant”

  1. Je crois que même après 1000 bébés l envie serait Tjs la … J ai prier et pleurer pour le 1er après résignation j’ai eu ma princesse et puis on C est dit si il.y a 3 èmes ok puis lui est venu comme ça d un coup une grossesse merveilleuse un accouchement à la maison comme jen rêvais il était à peine sorti à la seconde même je me disait je recommencerai bien il à bientôt 4 mois 6 ans et demi que j allaite co allaitement en cours mais j’ai envie de mon 4 èmes même si je reste réaliste C est fini pour moi … donc toit ça pour dire que je pense aller voir quelqu un pour tourner la page et rien ruminer en attendant je t envoie plein de câlins virtuel ❤

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s