[Accouchement de la Bulle] Blessée… Mais pas là où je l’aurais cru


Ambre est née il y a 5 ans, presque 6. Elle est née le 5 juillet 2013 à 20h11, dans une clinique de Lorraine.

J’y avais déjà accouché une première fois en septembre 2011, pour Aloys, et je parle de cet accouchement volé ici. J’ai subi la violence obstétricale, un déclenchement abusif… Bref, je te laisse lire ce que j’ai vécu il y a presque 8 ans.

Je savais donc que la clinique où j’allais donner la vie était peu (voire pas, ne nous voilons pas la face) respectueuse de la physiologie et des attentes des mamans. Je ne pouvais pas accoucher ailleurs, à mon grand désespoir, j’ai pourtant cherché, mais tout était trop loin (vous savez cette histoire de maternités qui ferment, les déserts médicaux toussa). Bref, je savais à quoi m’attendre. Je faisais une croix sur une position physio, sur le fait de pouvoir marcher. Je savais qu’on me soulerait pour que je prenne la péri (ce qui n’a pas loupé, et je l’ai prise. Pas parce que j’étais faible : parce que je n’avais aucun moyen de me soulager ou de m’isoler : ma chambre était avec une maman qui avait déjà son bébé etc etc) Bref. Je savais que je devais me faire à ce qu’on me proposait parce qu’eux ne s’adapteraient pas.

Pour cet accouchement, dans les trucs qui ne m’ont pas plus, c’est justement ce défaut de mobilité et le fait qu’on m’ait soulée avec la péri alors que j’avais dit que j’en voulais pas. Sur la table d’accouchement :

  • la poussée dirigée avec en plus la sf qui m’écartait tout la dedans (j’ai d’ailleurs repoussé sa main à plusieurs reprise)
  • l’expression abdominale, avec le gynéco quasi couché sur moi pendant la poussée dirigée (bah oui, bébé n’étant pas prête, elle remontait. Mais elle s’est mise en place pendant et j’ai eu envie de pousser direct après que je l’aie sentie se mettre en place)
  • le gynéco qui n’a pas voulu me dire combien de point il me faisait.

Là-dessus, ils m’ont assuré que je n’avais pas eu d’épisio, par contre, que j’avais eu une grosse déchirure due à mon gros bébé. On m’a dit de faire un régime sans résidu et de prendre du laxatif à cause de cette grande déchirure. Voilà les infos que j’ai eu en sortant de la clinique avec mon beau bébé dans les bras.

La Bullette et moi à la maternité

Les renseignements que j’ai reçus ce matin (28 mai 2019)

Ce matin j’ai donc reçu mon dossier médical demandé le mois dernier (avec la facture des photocopies et frais de ports avec, je précise, même si c’est normal hein). Je pensais avoir des surprises ou apprendre des choses sur mon premier accouchement. Finalement le seul truc que j’ai appris c’est que la PC était amorcée et que la poche des eaux était bombante. Rien de très significatif. Ce que je leur reproche n’a pas changé, mais au moins, je sais que je sais tout. En revanche, je ne pensais clairement pas avoir envie de pleurer pour mon 2e accouchement. Je pensais n’avoir à leur reprocher “que” ce que t’ai dit plus haut.

Et non. Je suis vraiment tombée de haut et bien sur le cul. Heureusement que j’étais assise. Mais j’avoue que j’ai vu meilleur réveil…

J’ai donc appris qu’on m’avait menti. Je crois que c’est ça qui m’a fait le plus mal. On m’a menti. J’avais confiance en ce gynéco, mais il m’a menti. J’aurais dû savoir qu’il ne disait pas tout et j’aurais dû vérifier en 2015, quand lors du curetage, j’ai découvert que j’avais des points sur le col et que je ne l’ai su que parce que ça me piquait et que j’avais été voir. C’était la première fois qu’une patiente regardait, selon lui. J’ai pas peur de mon corps, je mets mes doigts où je veux ! Bref, j’aurais dû me douter, et ne pas croire en sa parole.

Il m’a assuré, la SF également, que je n’avais pas eu d’épiosotomie. Que j’avais eu une grande déchirure (tout le périnée) parce que mon bébé était gros. Ils m’ont menti, droit dans les yeux alors que je savais pertinemment que les pires déchirures sont celles sur épisio. Pour ça : j’avais douté, mais devant leur assurance, j’ai cru. Quelle naïveté ! J’ai donc eu une épisio + une déchirure jusqu’au sphincter qui a été touché. J’aurais très bien pu être incontinente de l’anus à cause de leurs conneries. Mais bon, tant pis, hein, c’est pas eux que ça impacte ! Heureusement, je vais bien, même si j’ai toujours su et senti que c’était plus comme avant. Oui, je suis continente. Mais jamais je courais aux toilettes avant. Maintenant, et depuis cet accouchement si.

Je regrette tellement d’avoir été si naïve ! C’était devant mes yeux. Je n’avais qu’à faire 1+1 pour comprendre les mensonges et les cachoteries. Mais j’avais choisi de faire confiance et bien mal m’en a pris! Aujourd’hui je suis en colère. J’exècre le mensonge depuis toujours. Alors si en plus on me ment sur ce qu’on m’a fait à moi, dans mon corps, moi qui déteste les scalpels, les incisions, les modifications etc, que j’apprenne qu’on a mutilé mon anatomie alors que j’avais spécifié que je ne voulais en aucun cas que ça arrive, que je préférais que mon corps se déchire… Crois bien que le mot colère est bien peu à même de décrire ce que je ressens à l’instant. Et aussi étrange que ça puisse paraître, en même temps que ce sentiment, ce matin, j’ai ressenti une honte magistrale. Pourquoi ? Je ne sais pas. Et depuis ce matin, je m’emploie à la déconstruire. Parce que je n’ai pas à avoir honte d’avoir donné naissance à ma fille. Je n’ai pas à avoir honte de ne pas avoir des yeux dans le vagin. A EUX d’avoir honte de mutiler les femmes sans leur accord. De ne pas respecter la Nature et la physiologie de cet acte qui ne demande (généralement) aucune intervention humaine. A EUX de rougir de leurs actions inhumaines sous prétexte que c’est plus facile pour eux, sans se soucier ni de la mère ni de l’enfant.

Clairement, je suis en rage et ce gynécologue aura de mes nouvelles. Tant pis s’il ne se rappelle pas de moi parce qu’entre temps, il en aura fait souffrir des femmes, avec son scalpel affuter. Pour lui je ne suis qu’un grain de sable sur la plage. Mais j’espère bien qu’il aura une bonne conjonctivite parce que je lui aurais sauté dans l’oeil. Maigre vengeance pour un périnée qui aurait pu être massacré (heureusement, mon corps a été sympa de longues années et a toujours très bien récupéré !), mais ça aura le mérite de me soulager un peu !

Et toi, tes accouchements, douloureux ou comme tu le souhaitais ?

Bonne journée, je t’embrasse.

5 thoughts on “[Accouchement de la Bulle] Blessée… Mais pas là où je l’aurais cru”

  1. Tu as raison, le pire dans tout ça, c’est le mensonge…
    J’ai eu la chance d’avoir juste une déchirure pour mon 1er accouchement et rien pour les 3 suivants alors que mes bébés pesaient entre 3kg900 et 3kg500.
    Mon 1er accouchement, spontané avec péri.
    Mon 2e, spontané sans péri.
    Mon 3e, declenché avec péri.
    Mon 4e, spontané mais fini avec de l’ocytocine et sans péri.

    Like

  2. Oh non mais noooon…. Je suis tellement outrée et en colère de lire ça là ! Mais ENFIN ! Clairement ne laisse pas passé ça, et tu as tout mon soutien… Punaise je suis en crise pour toi là…

    Like

    1. Merci ma douce ❤️❤️❤️ honnêtement, je suis pas encore remise. Je suis en colère. Et cette honte que ressens ! J’ai l’impression d’avoir MOI menti aux autres en disant que j’avais pas eu d’episio. C’est stupide…

      Like

  3. Coucou, ça fait des semaines que je me demande ce que tu deviens, que je suis sans nouvelles. 😕 Je n’ai pas compris pourquoi..
    Même si cet article là me fait dire « porte plainte, c’est inacceptable »… Je suis contente de voir que le joli est toujours là.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s