Etre Maman





J’avais oublié…

J’avais oublié tant de chose ! J’avais oublié la fatigue. J’avais oublié comment ce petit être de 60cm peut régir notre vie, à coup de cris, de pleurs et de sourires aux anges. J’avais oublié les nuits blanches, les pleurs inconsolables, les heures passées à bercer, rassurer, murmurer des mots tendres. J’avais oublié les tétées nocturnes à la lumière de la lampe de poche, les couches sales changées sous les cris, les rots mouillés sur l’épaule. J’avais oublié l’impuissance face à l’inconfort, les bouffées de chaleur au moindre cri.

Mais je n’avais pas oublié l’amour qui me submerge quand je regarde ce tout petit visage et ce petit nez en trompette, les sourires aux anges de ce petit tyran de mon coeur, l’odeur chaude, douce et sucrée de ce tout petit. Ces mots doux qui viennent se lover sans son oreille ourlée, si petite. Je n’avais pas oublié le bonheur de calmer les pleurs et de voir ces petits yeux se fermer, rassurer de me savoir là, ce poids sur ma poitrine quand ils s’endorment, ce soupir d’aise et ce claquement de langue, quand repus, ils lâchent mon sein. Je n’ai pas oublié le bonheur de les serrer sur mon coeur, de me repaître de cette image si parfaite de ce petit visage, de ces petits pieds si parfaits, de ces cheveux, de ces yeux.
Je n’avais pas oublié le bonheur d’apprendre à connaître cette petite personne qui était cachée en moi pendant si longtemps, que j’ai attendue…. et qui n’est jamais conforme à ce que j’avais pu imaginer.

Je n’avais pas oublier, parce que chaque jour, quand je regarde mes deux grands bébés, mon coeur se rempli d’amour également. Et je crois qu’avec celui qu’ajoute Arc-en-ciel, il ne va pas tarder à exploser de trop aimer. Malgré la fatigue, malgré l’envie de pleurer parfois, car je me sens impuissante, parce que je ne peux pas juste la poser et partir, parce que je sais qu’elle en souffrirait. Parfois, je me dis que je suis folle d’avoir voulu encore un enfant. De l’avoir voulu si fort. D’avoir tant pester parce qu’elle ne voulait pas sortir… Puis je regarde son visage si parfait, ses petits cheveux mi roux, mi bruns, son petit nez en trompette…. Et je comprends. Parce que me passer d’elle, de tout cet amour, c’était impossible.

Etre maman était mon rêve. Ce n’est jamais simple. Mais c’est la chose la plus belle que j’ai jamais faite. Et ça, je ne dois pas l’oublier, même lorsque les larmes d’impuissance coulent….

Bonne journée,
Je t’embrasse !

5 thoughts on “Etre Maman”

  1. J'en pense quoi ?Ben… Ça me fait tout chaud dedans… Et sincèrement un immense merci d'avoir soulever la pierre qui garde au chaud tous ces secrets.Je suis heureuse pour toi, sincèrement de tout ce bonheur en barre <3Un immense baiser à vous tous.Celine

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s